La photographie des oiseaux

Photographie des oiseaux

Les oiseaux sont assez farouches, rendant leur prise de vue difficile car, outre certaines considérations de technique photographique, il faut pouvoir s’en approcher.

Techniques de l’approche des oiseaux

Le photographe a le choix entre deux techniques : ou bien s’approcher des oiseaux, ou bien les faire venir auprès de lui. Il peut les rencontrer là où ils se nourrissent, s’abreuvent pu s’abritent et les photographier soit à l’approche, soit à partir d’un abri ; il peut aussi connaître l’emplacement de nids susceptibles d’abriter une portée de jeunes oisillons, mais ce genre de prise de vue ne doit être pratiqué que par des gens parfaitement au courant des habitudes des oiseaux au nid.

L’approche des oiseaux, lorsqu’elle se fait à pied, est souvent assez décevante, surtout au moment de sa phase finale. Par contre, les chances de succès deviennent beaucoup plus grandes lorsqu’on photographie à bord d’une voiture. On peut ainsi, en stationnant à proximité d’une rivière ou d’un lac, profiter des nombreuses occasions permettant de saisir les oiseaux en train de boire ou de prendre un bain.

Choix de l’emplacement de l’abri

Pour la photographie des oiseaux l’emploi d’un abri s’imposera notamment, chaque fois que la présence humaine risque d’interrompre leurs activités normales. Le choix de l’emplacement de l’abri joue un rôle important car, outre certaines considérations de technique photographique, il ne faut pas troubler les voies d’accès normales au nid, ni attirer l’attention des prédateurs.

En plein jour, les abris ne doivent pas être laissés inoccupés dans les lieux accessibles au public ; leur accès doit être difficile à repérer et le terrain environnant remis en état entre deux séances de prise de vue. La mise en place d’un abri doit se faire en plusieurs étapes : d’abord à une certaine distance, puis progressivement de plus en plus près jusqu’à atteindre la position recherchée pour la prise de vue.

Le temps séparant les divers déplacements de l’abri doit être aussi long que possible, afin que chaque nouvel emplacement soit parfaitement accepté par les oiseaux. Si l’un de ces déplacements devait se traduire par une agitation exagérée des oiseaux, il faudrait revenir à la phase précédente. Si le cas se renouvelait, il faudrait abandonner tout espoir de les photographier.

Le moment de la prise de vue

Si les meilleures photographies sont généralement prises au moment de l’éclosion des oeufs, ce n’est par contre pas le moment de commencer la construction d’un abri ; il faut s’y prendre un peu plus tôt, mais pas avant la ponte des œufs proprement dite.

Lorsque l’abri occupe sa place définitive, il est préférable de profiter des premières visites de l’oiseau au nid pour étudier son comportement et ses voies d’accès, plutôt que de vérifier les temps de pose. Aucun des occupants ne doit pouvoir être vu de l’extérieur de l’abri. L’emploi d’obturateurs bruyants peut effrayer les oiseaux et donc gêner leur comportement.

Plus la focale de l’objectif sera grande, plus l’abri pourra être éloigné et plus les chances de le voir accepté par l’oiseau seront grandes. Dans le cas où il serait nécessaire de remplacer le photographe dans l’abri, il ne faudrait pas que ce changement intervienne par mauvais temps ou par une très forte chaleur.

Certains oiseaux susceptibles de se trouver au bord de l’eau n’y viennent pas avant la chute du jour. Pour les photographier, il faut se rendre à l’abri de façon à être déjà caché et prêt à opérer au moment du crépuscule, quand les oiseaux commencent à arriver.

Lorsque les oiseaux ont quitté le nid, ils se rassemblent généralement dans des endroits calmes, que ce soit pour chercher leur nourriture ou, simplement, pour se jucher sur les arbres. La mise en place d’un abri, à proximité, doit se faire en prenant les mêmes précautions que pour les oiseaux au nid car, même dans cette situation, des dérangements trop fréquents peuvent modifier leur comportement et provoquer une agitation excessive.

Il existe des pays, notamment parmi ceux où les lois de protection de la nature ne sont pas sévèrement appliquées, où le montage d’abris peut attirer des chasseurs ou des braconniers.

Il est possible d’attirer les oiseaux en diffusant des enregistrements sonores ou en utilisant des prédateurs empaillés ; ceux-ci doivent cependant n’être employés qu’avec une certaine prudence, surtout pendant la période ou les oiseaux sont encore au nid ; ce sont en dehors de cela, des moyens très efficaces mais qui exigent une bonne connaissance des différentes espèces, de leurs comportements et lieux de prédilection.

Vous aimerez aussi...